Les recommandations de la Centrale de Recouvrement des Créances (CRC) pour éviter les impayés

Les recommandations de la Centrale de Recouvrement des Créances (CRC) pour éviter les impayés


Forte de son expérience dans le secteur de recouvrement des créances, la Centrale de Recouvrement des Créances (CRC) vous recommande les bonnes pratiques pour gérer à titre préventif le risque client :

  • Se renseigner sur ses prospects :

Vendre c’est bien, mais encaisser c’est mieux. Il faut savoir renoncer à une vente quand le ratio « garantie / risque d’impayé » n’est pas suffisant. Enquêter sur le prospect doit être un réflexe systématique pour les ventes jugées importantes (évaluation de la notation de l’entreprise, filiales et actionnaires, habitudes de paiement…).

  • Retravailler ses bons de commande :

les conditions de vente priment toujours sur les conditions d’achat. Mettez à profit cet avantage en ajustant vos clauses contractuelles : Quelles sont vos obligations, vos conditions de paiement ? Existe-t-il une clause de déchéance du terme ou résolutoire ? Un audit sur vos CGV mené par un juriste, avant leur réajustement peut éviter certains déboires.

  • Imposer la réception de la prestation/marchandise vendue :

Point de départ de la facturation, la livraison est un moment clé de la transaction commerciale. Evitez les litiges en consignant la bonne réception de votre prestation par un bon de livraison, rapport d’intervention, à minima un mail.

  • Facturer dans les règles de l’art :

Respecter la réglementation en matière de facturation peut permettre de réduire les délais de paiement – bonne adresse de facturation, numéro de commande, intitulé détaillé et compréhensible, montant identique à celui du bon de commande …, sans oublier d’indiquer l’échéance et le taux applicable en cas de retard de paiement.

  • Suivre ses encours clients :

Des relances dans les temps réduisent les délais d’encaissement. Certaines entreprises ont la mauvaise habitude de ne régler qu’après avoir été relancées. Faites preuve de réactivité et de fermeté !

  • Mettre ses menaces à exécution :

Face à un client de mauvaise foi, agissez rapidement et mettez vos menaces à exécution. Mise en demeure suivie d’actions plus coercitives d’un professionnel du recouvrement (service juridique, société de recouvrement externe), voire la saisine du Tribunal permet d’obtenir des résultats probants face à un débiteur récalcitrant.

Outre la diminution des impayés et le gain en trésorerie, ces pratiques, à chacune des étapes de la relation client, renvoient une image de sérieux et de rigueur à ses clients/partenaires.

La Centrale de Recouvrement des Créances
Département Audit & Reporting

Leave A Comment